DM : ton univers en perpétuel bouillonnement !

Par Pascal Sellier

le 26 juillet 2018

« Retour aux éditos

Pas de vacances dans le domaine des DM, même pour ceux d’entre vous qui sont déjà partis. S’il est un milieu industriel où la création, les perfectionnements, les améliorations, les évolutions ne s’arrêtent jamais, c’est bien le domaine des Dispositifs médicaux. Alors que deux révolutions nous attendent, l’une, en marche depuis un certain temps, dans le domaine des DM connectés, l’autre qui s’annonce en fanfare, celle de l’Intelligence artificielle, l’industrie ne cesse d’innover et d’étendre, sans attendre, son champs d’action. A un point tel que les dossiers traités par la CNEDIMTS ont augmenté de 56% entre le second trimestre de 2017 et celui-ci, en dépit des grèves et des ponts du mois de mai. Quelle autre branche industrielle peut se vanter d’une telle progression ?

Si l’on regarde les titres de la presse spécialisée, tous les domaines sont concernés depuis le début de l’année : les sondes cardiaques, le télésuivi des patients apnéiques par PPC, les défibrillateurs implantables connectés, l’étude pivot du Carmat étendue au Danemark, la révolution numérique qui va changer le métier de diabétologue, les technologies en pleine (r)évolution dans les pathologies mammaires, les exosquelettes et les implants cérébraux pour les piloter, la mesure de la glycémie sans effraction cutanée, un dispositif non invasif contre le freezing dans la maladie de Parkinson, et bien d’autres exemples.

Une industrie en perpétuel bouillonnement d’idées, de lancement de tests, jamais à court d’imagination, d’extension de son domaine d’activité, en particulier dans le domaine de la qualité de vie des patients ou de leur entourage est une industrie qui va forcément, quels que soient les obstacles administratifs ou financiers, accélérer son développement.

Sans compter que les nouveaux entrants, start-up de la santé, sont bien décidés à secouer le cocotier.

 

Si crise il y a, ce serait plutôt une crise de croissance. Sans oublier que crise s’écrit en chinois au moyen de deux idéogrammes dont l’un signifie danger et l’autre opportunité.

 

 

Pascal Sellier,

Editeur

 

 

Sommaire

Page 2  Edito

Page 3 Revue de presse

Page 7 Informations juridiques et réglementaires

Page 12 Informations normatives