Dispositifs Médicaux, avancées technologiques et intelligence artificielle : Le point de vue de Cristina Romao Directrice des affaires économiques & réglementaire de Coloplast. Nous pouvons espérer une médecine différente, de plus en plus individualisée

le 26 juillet 2018

« Retour aux actualités

Nous inaugurons aujourd’hui une série d’interviews à propos de l’évolution technologique et réglementaire des dispositifs médicaux.

 

Trois questions à Cristina Romao, Directrice des affaires économiques & réglementaire de Coloplast

– Quelles sont les avancées technologiques dont vous pensez qu’elles permettront un meilleur usage des dispositifs médicaux en général ?

Les avancées majeures en termes d’intelligence artificielle (IA), de robotique, de technologie et de communication sont rapides et vont certainement bouleverser la prise en charge globale du patient et de la médecine en général.

Les innovations permanentes apportées par les dispositifs médicaux sont à l’origine d’un changement de paradigme que l’on entrevoit déjà.

Ces innovations peuvent être utilisées pour le diagnostic, le traitement, les actes techniques, les consultations ou le suivi du patient.

Certains de ces dispositifs innovants permettent le recueil de données-patient à différentes étapes du parcours de soin. Ces données qui peuvent renseigner sur chaque étape du parcours de soin, aujourd’hui ne sont pas colligées.

Dans un futur que j’espère proche, lorsque toutes les données-patient seront mises en commun et deviendront « intelligentes », nous pouvons espérer de magnifiques avancées, par exemple une médecine différente, de plus en plus individualisée, basée sur un meilleur diagnostic, une prise en charge ciblée, une réelle prise en charge globale du patient ainsi que des démarches de prévention.

Les avancées technologiques dans le domaine des dispositifs médicaux, grâce au recueil et à l’utilisation intelligente des données, vont permettre aux patients d’exister en tant que personnes uniques, prises en charge de façon optimale et ainsi contribuer à un système économique plus équilibré.

– Dans l’activité de votre société, envisagez vous, sur ce sujet, une avancée significative ?

Coloplast est une entreprise pionnière dans le développement de dispositifs médicaux innovants destinés à améliorer la vie des patients ayant des stomies et des troubles de la continence. Nous avons aussi deux autres axes forts, l’urologie et le soin des plaies.

Nous aidons au quotidien des milliers de patients qui ont besoin d’étuis péniens, de sondes de drainage vésical, de poches de recueil d’urine ou de matières fécales.

Etant leader dans notre domaine, nos investissements en Recherche & Développement sont conséquents et la dimension IA/digital fait en effet partie intégrante de nos réflexions de développement. Nos chercheurs travaillent sur la mise au point d’innovations intelligentes qui vont permettre aux patients souffrant de pathologies lourdes, de vivre moins « mal » leur maladie ou leur handicap.

– On met de l’intelligence artificielle partout. Quelles peuvent être les possibilités dans le domaine des DM et dans quel délai ?  

Je pense que l’intelligence artificielle est un outil extraordinaire que l’on pourra pleinement utiliser dans le futur mais pour cela elle doit être nourrie de données indispensables à son apprentissage…pour qu’un « programme » apprenne, faut-il encore lui donner des informations qui lui permettront de le faire.

Les dispositifs médicaux connectés qui peuvent recueillir les données-patient sont la nourriture indispensable de l’intelligence artificielle.

Il semble qu’il y ait un frémissement de la part des autorités en faveur d’un accès au marché facilité pour ces technologies, mais nous sentons bien que la lourdeur des systèmes en place et des processus existants ne permettent pas d’avancer assez vite.

Les cycles d’évolution technologiques sont souvent courts et les processus d’évaluation par les autorités de santé sont trop longs car les demandes d’études ne sont pas adaptées.

Ce système à deux vitesses freine et bloque parfois l’arrivée sur le marché de certaines innovations et notamment les innovations incrémentales qui peuvent vraiment améliorer la qualité de vie des patients.

Si les innovations ne sont pas accessibles assez rapidement au marché, il est fort probable qu’elles se développent hors du système de santé remboursé et soient potentiellement prises en charge par des systèmes de santé privés. Ce qui peut favoriser l’accès aux soins pour les plus aisés et la propriété des données-patient par des entités privées sans contrôle.

Dans l’intérêt de tous, il me semble indispensable de tout mettre en œuvre pour que les dispositifs médicaux connectés soient valorisés et mis à disposition rapidement pour le plus grand nombre de patients.